Histoire étiopathie

Étiopathie : les origines

L’histoire de l’étiopathie est inscrite dans l’histoire de l’humanité. Dès le début de son histoire, l’être humain a su utiliser sa main pour calmer et soulager les douleurs. L’utilisation de plantes ou d’outils est venu plus tardivement.

Le fondateur, Christian Trédaniel (1934 – 2011)

Christian Trédaniel découvrit l’efficacité du traitement manuel grâce au docteur André de Sambucy, qui le soigna d’une sciatique paralysante que la médecine n’arrivait pas à traiter.
Il suivit l’enseignement de celui qui l’avait soulagé, s’initiant auprès de lui à une pratique manuelle faite d’un assemblage de techniques diverses. Sambucy, infatigable chercheur, avait en effet réuni un ensemble de techniques manuelles en un corpus disparate mais novateur pour l’époque, et les avaient mises en œuvre pour le plus grand bien des malades.

Quel est le principe actif du geste thérapeutique ?

Bien que les résultats fussent là, Christian Trédaniel n’était pas satisfait du raisonnement qui présidait à l’application des techniques, ni aux explications concernant leur efficacité. Certes cela fonctionnait, mais pour aller plus loin, il fallait démontrer comment cela fonctionnait, par quels biais, selon quels principes.
Bien que certains traitements manuels soient connus depuis la plus haute antiquité, bien que des générations de rebouteux aient soigné avec succès les accidents articulaires du travail, de la guerre ou domestiques, l’explication nécessaire pour faire passer le traitement manuel d’un empirisme efficace à un véritable corpus médical n’était pas encore formulée.

Après un séjour d’étude aux États-unis, Trédaniel revint plus convaincu que jamais qu’il était nécessaire de mettre en place une méthodologie qui poserait les bases solides d’une véritable science thérapeutique manuelle. Les modèles qui existaient dans les divers courants (ostéopathie, chiropractie, massothérapie…) de l’époque ne permettaient pas d’établir un véritable raisonnement scientifique, mais relevaient, au mieux, d’un empirisme efficace, au pire, d’un dogme mystico-religieux servant d’explication.

Est-ce une cause ou un symptôme ?

Formé aux mathématiques et à la logique, Christian Trédaniel se tourna naturellement vers les modèles déjà utilisés dans les sciences premières: logique, systémique, pensée mécaniste. Le raisonnement scientifique couramment utilisé depuis Descartes en mécanique, en physique ou en chimie n’étant pas utilisé dans l’analyse des systèmes vivants, il fallait s’atteler à la lourde tâche de reconsidérer le vivant au travers de ce prisme scientifique pour arriver à comprendre comment pouvait fonctionner un traitement manuel. Puis d’en tirer des lois applicables aux différentes structures qui composent un système vivant. Tout en gardant à l’esprit une règle primordiale: la reproductibilité et l’efficacité du traitement. En effet, une théorie aussi séduisante soit-elle n’est rien si elle n’amène pas une réelle efficacité thérapeutique.

Christian Trédaniel crée le terme étiopathie en 1963 à partir des racines grecques aïtia cause et pathos, ce qui affecte le corps.
Toute sa vie, il n’eut de cesse de travailler à l’établissement d’un cadre théorique solide expliquant les résultats obtenus par la thérapeutique manuelle. En s’inscrivant dans la pensée mécaniste initiée par Érasistrate, poursuivie par Ambroise Paré ou Thure Brandt, il a su mettre en place une méthode scientifique d’approche de la pathologie qui permet de distinguer le symptôme de la cause et de ne plus mélanger les deux.

C’est ce qui fait que la thérapeutique étiopathique est efficace: le traitement de la cause le plus directement possible amène un soulagement rapide. La cause étant éliminée, les symptômes qui en dépendaient disparaissent.

 

C’est quoi?
Pour Qui ?
Accueil